cadre   - Nous sommes le Vendredi 20 Juillet 2018 et il est 08:34
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation CHARENTE 16 - POITOU-CHARENTES -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 16
  permanences du premier semestre 2018
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
le lien n° 66 sur les semaines d' information sur la santé mentale 2018
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

La passivité des psychiatres est la cause de l’abandon de l’Accueil 5 juin 2010

idem; suite de l'article précédent in http://www.mediapart.fr/club/blog/guy-baillon/270510/la-passivite-des-psychiatres-est-la-cause-de-l-abandon-de-l-accueil 27 Mai 2010 Par guy Baillon Si la nouvelle loi pervertit l’Accueil, en le transformant en garde à vue de 72 h (garde à vue car le patient présumé malade est enfermé et obligatoirement médicalisé) c’est parce que nous, les psychiatres, n'avons pas su réaliser cet accueil, dans la période précédente. Pourquoi ? Parce que l'accueil, comme démarche à la fois initiale et continue, n'est toujours pas entré dans la culture des soins psychiques, alors qu’il est le temps préalable de tout soin psychique.


SUITE DE L'INFORMATION

Poursuivons la réflexion passionnante amorcée par Bernard Durand dans Médiapart le 20 mai et observons la façon dont les psychiatres se placent, se situent par rapport à leur fonction sociale. Je fais l'hypothèse que la crise actuelle est aussi due à la passivité qu'ont adoptée soignants et surtout psychiatres dans leurs rapports avec l'État. Ils lui sont soumis en France depuis la loi de 1838 instaurant l'arbitraire de l'internement dans les asiles sous les ordres du Préfet. Un jeu subtil s’est mis là en place. Le psychiatre croit avoir un rôle de décision, en réalité c’est le Préfet (donc le ministre de l’intérieur, mais ni la santé, ni la justice). Depuis les psychiatres sont soumis au Préfet, tout en croyant, de façon erronée, avoir un pouvoir (s’ils l’avaient, ils seraient maitres et esclaves). La psychiatrie de secteur après 1960 a proposé un changement total en décidant d’appuyer les soins sur la construction des liens avec la cité et avec l’environnement de la personne. Les psychiatres ont adopté alors une attitude active en déployant leurs soins dans le tissu social des secteurs et en se voulant disponibles et accessibles à toute personne en souffrance. Mais trois facteurs vont freiner cette proposition et vont remettre les psychiatres en posture de passivité: - d'abord leur foi dans les médicaments leur a fait croire qu'il suffisait de ‘donner les médicaments’, qu'il suffisait que les patients les prennent ; ceci ne demandant aucun engagement relationnel de la part des psychiatres, ceux-ci sont devenus à nouveau passifs comme leurs patients ; le constat que les médicaments ne guérissaient pas tout, seulement certains symptômes et que les améliorations n'étaient que partielles, n'a rien changé à leur position, - ensuite le poids persistant de l'hospitalisation et surtout à partir de 1990 sa consolidation comme soin majeur, l'utilisation de la contrainte étant facilitée : à nouveau la psychiatrie est passive et se soumet à la demande imposée par la société (l'environnement ou l'État) ; selon celle-ci il suffit d’hospitaliser : ‘être entre quatre murs avec des soignants soigne’ ; nous avons vu que cela ne soigne que si les soignants ont une formation très poussée, continue (cette formation sur le plan relationnel aujourd’hui est inexistante) et que même dans les meilleures conditions cela ne soigne qu’une partie des troubles, car le patient hospitalisé est dans un lien de dépendance très serré ; l’essentiel du soin se déploie vraiment à partir du moment où le patient évolue dans le tissu social, s’appuyant sur sa liberté, - et tout au long de cette période la psychanalyse va, paradoxalement, conforter cette passivité de la psychiatrie en attendant la ‘demande’ des patients ; ce qui se conçoit pour les névroses, mais n'a aucun sens pour les personnes dites psychotiques puisqu'étant dans la méconnaissance de leurs troubles elles ne demandent rien, pensant n’avoir besoin de rien. Au total la psychiatrie, qu'elle soit de service public ou libérale, est restée dans une position passive, attendant naïvement la demande des psychotiques, … qui ne demandent rien. Le paradoxe est de constater que la psychiatrie biologique et la psychiatrie relationnelle, pour ces diverses raisons, ont fait alliance pendant toute cette période, ne soignant que sous contrainte en internant, et restant passives malgré les demandes des familles. Comment s'étonner de ce que la loi 2010 devant l’insatisfaction des familles et de la société (l’accès aux soins est kafkaïen) force la psychiatrie à faire un pas de plus dans la passivité, grâce à l'idée d’une obligation des soins ? Et qu'entre-temps soient proposées comme solution extraordinaire les équipes mobiles d'urgence venant à domicile pour faciliter la mise en place des hospitalisations sous contrainte en lien avec la famille. Il est temps de reprendre le propos de Lucien Bonnafé avec toute l'efflorescence de son langage poétique, tenu pour dérisoire précisément sous prétexte qu’il se sert de la poésie (créativité), alors que d'une part il proposait de remplacer la passivité par une posture active, et que d'autre part il maintenait forte la réalité de la folie non comme processus destructeur mais comme irruption de la créativité, c’est à dire comme enrichissement. Reprenons les mots mêmes de Bonnafé, car c'est là que la surprise nous attend : « Allez sur l'agora, vous les psychiatres, interrogez les patients. Demandez leur « Amis ! Qu’y a-t-il à votre service ? ». En réalité cette note poétique surréaliste a été écartée sous prétexte qu’elle faisait sourire : ‘’Mais qu'est-ce que l'agora ? Du grec ! Pourquoi du grec ? Interroger les passants sur la place publique et surtout avec les psychiatres ? Mais c’est se transformer en funambules ridicules ! Voyons, nous sommes en France et avec des gens simples, voire démunis ou désorientés, sans culture ni désir, nous n’allons pas perdre notre temps avec de la pseudo-poésie.’’ Pourtant dans ce travail d'accueil, dans toute attitude d’accueil, c'est bien cette posture active qui est la réalité la plus importante : c’est un mouvement actif vers l’autre, à la fois attentif et léger, nuancé et pudique. Ce que propose Bonnafé c'est que l'essence de la folie, ses aspects d’originalité, de surprise, de subtilité, d'inattendu, soient tout à fait compris comme étant des caractères fondamentaux qu'aucune approche ne doit chercher à asservir, à éteindre, a minimiser, à écarter. Trop de sérieux d'emblée tue le soin psychique. Avec détermination la raison écrase et dévalorise, alors que nous savons très intimement tous que tout geste créatif, depuis le plus modeste (un mot, un bouquet de fleurs sur la table, un sourire) au plus extraordinaire (un poème, un concours, un tableau de Turner ou l'équation d'Einstein), prend sa force et sa vérité dans l'irrationnel. Tout travail psychothérapique solide est marqué de ce sceau, et se situe à ce carrefour de la raison et de la déraison. Ainsi l'accueil, sa démarche, sa recherche sont au cœur de ce qui nous préoccupe en ayant comme origine cette formulation claire faite par les familles en 2001 lors de leur union avec la FNAPSY à propos des personnes qui souffrent et ne le savent pas. « Ces personnes ne demandent rien. » La question est : La psychiatrie moderne est-elle capable de prendre une posture active dans la rencontre, c'est-à-dire est-elle capable de se mettre ACTIVEMENT à la disposition de tous ? Aller vers ceux qui souffrent au lieu d’attendre une demande qui ne peut être directe? Ecouter, conseiller, alléger, voire réorienter les personnes en difficulté sociale en intégrant les acteurs sociaux dans son accueil, accompagner vers les soins les personnes qui ont des troubles psychiques graves, leur proposant de les suivre en prenant le temps suffisant, tout ceci activement. Cette position active de la psychiatrie est celle qui consiste à décider de se mette en situation d'affirmer elle-même, qui est soignable, qui elle peut soigner, sans laisser croire qu'elle peut tout faire, face aux difficultés et souffrances psychiques énoncées par les différents membres de la société. Il est tout à fait inadéquat qu’elle intervienne sur les souffrances psychiques existentielles, même si elle peut être amenée à en parler, au même titre que toute autre homme ou femme. Enfin ce travail d'accueil des personnes ayant des troubles psychiques graves doit impérativement être réalisé par les soignants qui vont les suivre lorsqu’elles auront besoin de soins ; il ne saurait être séparé de la continuité des soins. Il est donc criminel de séparer le temps d’urgence-accueil de celui des soins, cela rajoute une nouvelle rupture en créant des liens nouveaux avec des inconnus, leur faire confiance, alors que l’essai précédent a débouché sur un abandon. Chaque équipe de secteur doit assumer ce temps préalable du soin qu’est l’accueil, si riche parce que naïf, à l'état naissant, attentif à ce qui est neuf et nouveau. À partir de là seulement elle peut décider qui elle soigne. Cependant elle sait qu'elle soigne nécessairement tous les patients présentant des troubles psychiques graves dès qu’elle les a rencontrés jusqu'au moment où des relais ont pu être pris ; ces personnes, du fait de leurs troubles sont sans demande. Les soignants sont liés par leur déontologie. Cette posture active de la psychiatrie lui permet de se placer par rapport à la société d'une façon ouverte acceptant toutes les questions que la société lui pose, tous les approfondissements sur les conditions de vie dans les cités ; mais ensuite après avoir accepté de donner cet éclairage, elle se doit de refuser d'intervenir sur les questions qui ne sont pas de son ressort et qu'elle ne peut résoudre : elle ne peut prendre parti sur les choix politiques susceptibles de rendre heureux ou malheureux ; le bonheur ne fait pas partie de sa charge de travail, contrairement à ce que cherche à installer le rapport Morizet- Kovess. Il ne saurait donc être question que les psychiatres se laissent enfermer dans cette position passive que voudrait imposer la future loi 2010 et ses ‘obligations’ ; au contraire elle se doit d'affirmer son indépendance au même titre que la justice, faute de quoi toute appréciation d’inconduite par un citoyen à l’égard d’un autre citoyen sera une raison suffisante pour entrer dans le cercle de l’obligation de soin par la garde à vue de 72 h puisqu’il n’y a pas eu de filtre préalable grâce à un temps d’accueil, réalisé en toute liberté et avec le temps suffisant. Pour conclure : l’origine de la situation actuelle vient bien de la ‘posture passive’ prise par la psychiatrie à l’égard de la société, ce n’est pas en raison de la nécessité de remplir une mission sociale que la psychiatrie n’a pas à prendre une position active Un objectif : que toutes les équipes de secteur créent des espaces d'accueil dans leur secteur et soient en posture active et d’abord pour construire les voies de l’accès aux soins. Guy Baillon, psychiatre des hôpitaux

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation CHARENTE 16 - Région POITOU-CHARENTES
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales